à adopter de toute urgence !

Partenaires

Petites annonces

10/05/2017 — Passez votre petite annonce, c'est par ici !

Informations

10/05/2017 — Le forum est ouvert !
18/12/2016 — Création du forum.

Top sites

©linus pour Epicode
En bref



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (rose) cette fois, pas de couteau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: (rose) cette fois, pas de couteau Mar 16 Mai - 20:55



Cette fois, pas de couteau !

Le Toronto Botanical Garden est un endroit sympathique en semaine. Il y a beaucoup moins d'enfants, et de gens, vu qu'ils sont tous au boulot. Et il y a moi, ayant ma journée de libre et désirant en profiter pleinement pour dessiner. J'avais emmené Zadig Rose, pour qu'elle profite aussi d'un peu d'air frais. M'enfin, là, elle faisait juste le plein de sommeil. Elle dort comme un loir, et je profite de son silence et de celui du parc pour m'atteler à un croquis de paysage. Mon carnet sur les genoux, une cigarette aux coins des lèvres, je me concentre sur le paysage puis sur mon carnet sur lequel je trace des traits inégaux.

Le temps passe. Plus vite qu'à l'ordinaire. Quand on est concentré sur une tâche, les minutes s'écoulent comme des secondes qu'on ne ressent pas. Mais on peut aussi en sortir aussi vite qu'on s'y est plongé. Lorsque j'entends ma fille - ça me fait très bizarre de le dire, autant que j'adore ça - gigoter et pleurer, je pose de suite mon carnet à côté de moi pour la prendre dans mes bras et la bercer. Je donnerais tout pour elle, elle est devenue ma vie si rapidement.. Je suis incapable de la laisser pleurer plus de deux secondes. Alors que je la berce le plus tendrement du monde contre moi, j'observe un peu plus attentivement les alentours. Une femme se présente un peu plus loin, avec un bras tatoué, et je reconnais immédiatement notre nouvelle voisine que j'ai presque agressé avec un couteau de cuisine. Je lui souris et lui fais un signe de la main, en espérant qu'elle m'ait vu. Je n'aime pas trop rester sur des mauvaises impressions, j'aimerais qu'elle nous découvre sous un jour meilleur que celui où elle nous a vu pour la première fois.

_________________
coeur
« - Qu'a-t-il fait pour que tu l'aimes à ce point ?
- Il m'a fait sourire. »
avatar
Say my name.
Harley Fox-Anderson

Je suis étudiant

Inscrit dans les registres de la ville depuis le : 17/02/2017 $ en écrivant : 98

MessageSujet: Re: (rose) cette fois, pas de couteau Mer 17 Mai - 21:06


   

   

   
Rose & Harley

   
Le monde n'a rien d'un conte de fée... 

   Une journée ensoleillée se profilait pour la journée. J'appréciais la nature, mais également me balader et me poser sur un banc et crayonner un peu. Je n'étais pas une artiste de folie, mais j'aimais assez laisser mon crayon de papier se balader sur les pages blanches de mon carnet. Je voulais aller en forêt puis j'ai changé d'avis, comme si quelqu'un m'avait guidé ailleurs, c'est donc tout naturellement que je me dirigeais vers le parc, j'étais vêtue d'un débardeur qui laissait entrevoir mon soutien gorge le long de mes côtes, un jean boyfriend et une paire de basket aux pieds, pour finir mon look j'avais choisis un chapeau et un sac large qui reposait sur mon épaule droite.
J'inspirai profondément et prit différentes allées qui me menèrent jusqu'au centre du parc où reposait une fontaine. Je regardais un peu  à gauche et à droite pour trouver un endroit où me poser quand je vis au loin, pas si loin que ça mon voisin. Impossible de le louper avec sa couleur de cheveux peroxydée, un bébé dans les bras. Sans doute sa fille ou leur fille. Je me demandais alors s'ils avaient fait appel à une mère porteuse ou au contraire s'ils avaient adopté cette petite fille. Nul doute qu'il s'agissait d'une fille au vu de ses vêtement qui avait comme un parfum de féminité.

J'hésitais quelques secondes avant de rejoindre mon voisin qui m'avait accueilli avec un couteau à notre première rencontre. Puis je pensais que je ne risquais rien à me faire quelques connaissances. Je n'aimais pas trop mes pairs, les humains. Ce n'était pas que j'étais associable, c'était surtout que je préférais me méfier. Je pris une cigarette dans mon sac que j'allumais et me dirigeais droit vers mon interlocuteur. Je jetais un coup d'oeil à mon portable puis avec un petit sourire je le saluais.

- Salut! Que fais-tu ici?

Il pourrait sans aucun doute me retourner la question, mais bon je faisais preuve de politesse à son égard. Je ne connaissais pas beaucoup de monde à Toronto et malgré mon aversion pour la race humaine, je n'en restais pas moins humaine également. J'avais donc besoin de lien, pour ne pas dépérir et me laisser mourir. Je pensais alors au joint que j'avais prés roulé dans mon paquet de tabac. Quand j'avais des pensées sombres c'était un moyen comme un autre pour moi de me vider la tête, d'éviter de penser à des choses moroses. J'avais aussi l'alcool, mais j'essayais de réduire ma consommation.
J'avais bien fait des séjours en centre, mais je m'y étais vite ennuyée, en effet cela n'avait pas vraiment été bénéfique. On m'avait retiré tous mes jouets high tech (téléphone portable, pc, console vidéo), pour éviter d'avoir des contacts mal-saint avec l’extérieur.
D'ailleurs j'avais finit ma cure et j'étais partie vivre sur un autre continent. Après tout j'avais décidé de changé de vie, alors autant me barré très loin de ma ville natale.
J'aimais la solitude, mais par moment celle-ci était loin de me satisfaire. J'avais été seule toute ma vie et puis encore aujourd'hui je n'avais personne, pas de famille, aucuns liens qui pourraient me faire souffrir ou au contraire me faire du bien.

- Comment s'appelle ta fille? Demandais-je par curiosité.


 
avatar
Say my name.
Rose E. Smith

Je suis citadin

Inscrit dans les registres de la ville depuis le : 10/05/2017 $ en écrivant : 47

MessageSujet: Re: (rose) cette fois, pas de couteau Dim 28 Mai - 15:14



Cette fois, pas de couteau !

Rester seul, d'un côté ça fait du bien. Parce que le monde n'est pas si intéressant qu'on ne le pense en réalité, les gens sont monotones, les rues sales et sont en couleurs artificielles, fades et sans vie. Mais ce que je déteste par-dessus tout, c'est la psychologie humaine. J'ai eu le temps d'y réfléchir, beaucoup même. Durant toutes ces années à supporter le calvaire que m'infligeait cette vie de famille. Porter seul le fardeau d'une maladie incurable dont on ne dit rien à personne. Et me défendre par tous les moyens, par un cynisme provoqué par une solitude telle qu'elle a fini par me ronger jusqu'au os avant que James ne me sauve de ses griffes. Oui, j'ai eu beaucoup de temps pour y réfléchir, à la nature humaine. Je l'ai analysée sous toutes ses coutures, autant qu'il fut possible de l'analyser pendant des années, y cherchant le moindre espoir, mais ne trouvant au final qu'un seul défaut rendant ce monde plus laid qu'il ne l'est déjà : l'égoïsme. Ces songes me hantent bien trop souvent pour disparaître du jour au lendemain, même si je tente comme je le peux de faire des efforts. Je suis loin d'être antisocial, mais ces gens qui m'ont fait du mal par le passé ont provoqué chez moi une profonde dépression ainsi qu'une phobie qu'il m'est de plus en plus difficile à supporter.

D'un autre côté, ça fait mal d'être aussi seul, coincé dans ce genre de pensées. Je sais parfaitement qu'il n'existe pas que des gens mauvais, comme ceux qui ont abandonné Zadig à la naissance, ou comme les autres. Je sais bien que je ne suis pas le seul à penser de cette façon, et James en est une preuve parfaite. Je l'ai trouvé par hasard, alors qu'il était en train de se vider la tête et une bouteille de whisky sec, dans un bar un peu miteux où ses yeux se baladaient sur ces gens-là qu'il n'estimait pas. Et lorsque je regarde ma fille, je me dis que me socialiser un peu ne peut pas me faire plus de mal que ça ne m'en a déjà fait par le passé. Alors, lorsque mes orbes bleues se posent sur Rose, je n'hésite pas et lui fais signe de la main pour qu'elle me rejoigne.

Et quand elle le fait, je lui lance un sourire sympathique avant de répondre à sa question. « Salut. Ben, la même chose que toi, je suppose ! C'est tranquille, ici en semaine. J'en profite pour dessiner et balader ma fille. Et toi ? » Ma fille. Des mots qui sonnent encore étrangement dans ma bouche. C'est difficile de se faire à une telle compagnie lorsqu'on a toujours été persuadé qu'on n'aurait jamais assez d'amour pour en être comblé. Et finalement, c'est comme une douce rédemption, un second souffle et on se découvre sous un jour nouveau dont on ne soupçonnait pas l'existence. « Elle s'appelle Zadig Rose. Mais c'est plus court de l'appeler Zadig. »

_________________
coeur
« - Qu'a-t-il fait pour que tu l'aimes à ce point ?
- Il m'a fait sourire. »
avatar
Say my name.
Harley Fox-Anderson

Je suis étudiant

Inscrit dans les registres de la ville depuis le : 17/02/2017 $ en écrivant : 98

MessageSujet: Re: (rose) cette fois, pas de couteau Mer 7 Juin - 9:25


   

   

   
Rose & Harley

   
Le monde n'a rien d'un conte de fée... 

   Les yeux rivés sur mon interlocuteur, je lui réponds avec un léger sourire aux lèvre.

"Ce que je fais ici? Je me promène, mais je cherchais aussi un endroit où me poser un peu pour laisser libre court à mon crayon"


Ce n'était pas tout  fait les termes appropriés, mas je n'avais jamais prit de cours de dessin. C'était juste que dessiner ou écrire me détendais, je ne pensais à rien. Je m'étais se à dessiner lorsque mon père était mort, peu de temps après l'accident. Je crayonnais à l'époque des choses abstraites, des lignes, des courbes, des pleins, des vides, de la couleur et parfois je dirais même souvent du noir et du gris...

J'inspirais profondément et rejetais au fond de moi l'image de mon père ensanglanté dans la voiture.

Alors qu'Harley me présentait sa fille, je pris la petite main du bébé par mon index et m'adressais calmement à la jolie demoiselle.

"Bonjour Zadig-Rose, je me prénomme Rose Elisa, mais on me surnomme Eli, je suis enchantée de faire ta connaissance princesse."

Elle me répondit avec un sublime sourire, ce qui me réchauffais le coeur bizarrement.

Les personnes que j'avais jadis rencontré n'étaient pas des parents et d'ailleurs d'aussi loin que je me souvienne je n'avais jamais fréquenté de couple de mon âge qui avait des enfants.
C'est donc une sensation étrange qui m'envahit à ce moment précis et je souris bêtement. Un vrai sourire sincère.

"Elle est magnifique" lui dis-je.

Je n'avais jamais imaginé devenir maman, je ne l'avais même jamais envisagé.

Mais aujourd'hui et encore bien plus que notre première rencontre j'étais confrontée malgré moi à la réalité de la vie. Des centaines de questions me submergèrent.

Une chose était certaine, je n'étais pas encore prête à devenir mère, mais le devenir un jour aujourd'hui je pensais pourquoi pas.

Dans tous les cas cela ne risquait pas d'arriver dans l'immédiat. Avant de devenir mère, il fallait tomber amoureux et j'étais bien loin de tomber dans les mailles des sentiments amoureux.

Personne n'avait le loisirs de prétendre avoir ma confiance, alors confier la seule chose qui m'étais précieuse dans ma vie c'était inconcevable. Mon coeur était très bien dans ma poitrine, barricader et fermé à plusieurs tours.

Ma solitude était une bénédiction pour moi cela m'empêchait d'une certaine manière de m'impliquer émotionnellement et sentimentalement parlant.

Je détestais être déçue et encore pus trahit. Plus je pensais à tout ça et plus la panique me gagnait. Je n'étais vraiment pas à l'aise avec les liens ou tout ce qui touchait de prés ou de loin à mes sentiments et à mes émotions.

J'avais besoin de me détendre, j'avais envie de fumer le joint pré roulé qui se trouvait dans ma boîte en métal à l'intérieur de mon sac en bandoulière. Cependant fumer devant mon voisin n'était pas la meilleure des idées que j'avais pu avoir aujourd'hui.

Oh et puis merde depuis quand je faisais attention à l'image que je renvoyais? C'était ma vie et celle de personne d'autre. Un joint n'avait jamais fait de mal à personnes et les pays le légalisais de plus en plus.

Finalement je sortis ce qui me donnait envie de mon sac.

"Est ce que ça te dérange si je fume ça?"
dis-je en lui montrait brièvement.

Je restais un minimum polie avec mon voisin.

"Désolée, mais j'en ai besoin."



 
avatar
Say my name.
Rose E. Smith

Je suis citadin

Inscrit dans les registres de la ville depuis le : 10/05/2017 $ en écrivant : 47

MessageSujet: Re: (rose) cette fois, pas de couteau

Say my name.
Contenu sponsorisé



 
(rose) cette fois, pas de couteau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE REGARD DES GENS :: TORONTO :: North Toronto :: Toronto botanical garden-
Sauter vers: